Patrice Pantin
travaux
contact
biographie
actualités
textes
Ma peinture en quelques lignes J’utilise le découpage pour créer à même la trame du tissu des volumes queje fixe au mur, un alphabet particulier, Les Quatorze Châtiments projettent une ombre et se dédoublent.Je questionne la peinture en dépiautant, en découpant, en dispersant. « En art, trop peu n’est jamais trop peu, trop c’est toujours trop. » Ad Reinhardt.Certaines de mes oeuvres sont constituées d’un fil unique, épinglé. Le fil représente pour moi le support originel de toute œuvre; une sorte de ground zero, où l’empreinte se répète comme une veine récurrente : Les Complices.Je travaille aussi sur papier, mes premiers dessins (1996) n’offrent qu’une à deux lignes qui se croisent presque invisibles sur des feuilles verticales.Plus tard, le geste se déploie, je trace des séries de lignes souples, des sillons ourlés au cutter au milieu desquels la couleur reste; quelques traits de fils suspendus : ce sont Les Points. Puis le feu arrive, j’enflamme les feuilles sur le sol; la terre déposée avant la mise à feu a formé des réserves : les Constellations.Plus récemment, les papiers chiffonnés que je n’ai pas froissés, que je n’ai pas mis en boule, ni dépliés, ouvrent une série nouvelle, la surface craque. La peinture mise à mal se tend et se lézarde : Les Dessins martiaux.
photo AU
Constellations
photo pp_BQ
Empreintes de volumes
Dessins cinétique
photo pp_GA
Empreintes de pierres
photo pp_DA
Empreintes de sable
photo pp_CQ
Empreintes de cartons
photo pp_GS
Chiffonnades
photo pp_DS
Empreinte d'un temps de chauffe
photo pp_DF
Boules
photo BQ
Incisions
photo pp_BB
Dessins Martiaux
photo AX
Dessins de captivités
photo pp_IA
Complices
photo CE
Énergie sombre
photo pp_AJ
Brushdestrockes
photo pp_HP
Atelier
photo pp_EA
Faire
photo pp_EO
Vues d'expositions
photo pp_JA
Éditions
photo pp_HR
Cartes